• 218 - St Rémy-sur-Creuse

    Epouvantail

     

    Suite de l’art. 216

     

    1 La France (2)

     

     

    Et toujours le 8 octobre !

     

    Après les troglos… nous continuons notre ascension, Eléonor toujours en tête…

    Nous arrivons tout d’abord au dessus du village troglodytique…

     

    « Le dessus du coteau, appelé ici « toit des caves », accueille un parcours d’habitats nomades. Ce lieu naturel est le cadre idéal pour évoquer les traditions liées au nomadisme :

    Chasse, construction, et réalisation de « pain de route ».

    Cet espace est divisé en plusieurs continents, ce qui permet aussi d’y développer les thèmes propres aux Peuples Premiers ». http://uneanneaethnicite.over-blog.com/article-21539075.html

     

    Nous continuons à monter (n’est pas sportifs qui veut !) et nous arrivons devant la  jolie église  St Rémy du XIIème-XIIIème siècle qui est le témoin des saccages perpétrés par les troupes protestantes qui traversèrent le Poitou.

     

    St Rémy sur Creuse (3)

     

    Son clocher carré roman, son entrée limitée par une balustre en bois qui la protège donne à l’ensemble une unité remarquable.

     

    St Rémy sur Creuse (2)

     

    Curiosité unique en son genre : un vitrail de pierre qui figure dans les livres d’art.

     

    St Rémy sur Creuse (5)

     

    St Rémy sur Creuse (4)

     

    A 55 mètres de l’église, nous trouvons la fameuse Tour de Ganne, dont je vous parlais avant-hier dans l’art. 216, qui est un vestige du fameux château fortifié de Richard Cœur de Lion qui fut détruit par le roi français Philippe Auguste du temps où cette région était anglaise.

     

    St Rémy sur Creuse (6)

     

    En effet, Richard Cœur de Lion est fils d’Henry II d’Angleterre et d’Aliénor d’Aquitaine. Il est donc élevé dans le duché d’Aquitaine à la cour de sa mère et sera surnommé le Poitevin dans sa jeunesse. A 11 ans, il devient comte de Poitiers et duc d’Aquitaine et, après la mort de son frère aîné, il devient l’héritier de la couronne d’Angleterre, mais aussi de l’Anjou, de la Normandie (http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_Gaillard_(Les_Andelys)) et du Maine.

     

    Richard règnera 10 ans et ne séjournera en Angleterre que quelques mois. Il utilisera toutes ses ressources pour défendre ses territoires français contre le roi de France.

     

    Mais revenons à St Rémy… en 1189, Richard Cœur de Lion fonde le bourg. Il accorde des franchises aux habitants qui affluent pour en profiter. Lors des incursions françaises, la forteresse, aménagée pour s’en protéger, devient le lieu de refuge pour les paysans locaux.

     

    L’heure est à la descente et nous suivons Eléonor en dévalant les plus de 120 marches de l’immense escalier de pierre qui nous sépare du village.

     

    Ça c'est un escalier ! Ce fut un plaisir de le descendre !

     

    St Rémy sur Creuse (7) 

    St Rémy sur Creuse (8)

    St Rémy sur Creuse (9)

     

    St Rémy sur Creuse (10)

     

    Nous croisons de jolies maisons qui ont bien souvent un épouvantail dans leur jardin...

     

    St Rémy sur Creuse (15)

     

    St Rémy sur Creuse (12)St Rémy sur Creuse (11)

     

     

    ... celle d’une peintre http://artwax.over-blog.com/...

     

    St Rémy sur Creuse (13)

     

    ... et le joli lavoir.

     

    St Rémy sur Creuse (16)St Rémy sur Creuse (14)

     

    Puis, nous allons jusqu’à la Creuse qui coule au pied de certaines maisons privilégiées !

     

    St Rémy sur Creuse (20)

     

    Même la Creuse a droit à son épouvantail !

     

    St Rémy sur Creuse (17)

     

    Là, deux jeunes gens demandent à nos hommes de les aider à sortir de leur bourbier ! Cela se fera dans la bonne humeur et, vite fait bien fait !

     

    St Rémy sur Creuse (18)

     

    St Rémy sur Creuse (19)

     

    Puis avant de reprendre le chemin du retour dans la nuit noire… nous serons gentiment inviter à venir partager l’apéritif d’habitants de St Rémy, membres actifs bien sûr d’Ethni’Cité et fiers de l’être !

     

    Nous sommes 10 autour de la table. Parmi nous… un breton de Quimper qui vit là avec sa femme.  Bout en train et conteur de talent, il nous captivera avec la soi-disant histoire légendaire de sa famille bretonne à laquelle nous répondrons par plusieurs éclats de rires !

     

    Eléonor nous ramène à bon port et c’est dans Le Baluchon que se termine cette première journée dans la Vienne, par un dîner à bord, qui nous rappellera un autre dîner à bord de Jolly Jumper, quelque part dans le fin fond du Finistère en septembre dernier !

     

    St Rémy sur Creuse

     

    Pour un certain Guss-le-chat qui me demande toujours le détail des menus,  en sachant qu’Eléonor est végétarienne, et que nous n’avons pas de four… voici donc exceptionnellement la description de notre dîner en camping-car ce soir là :

    - Apéritif accompagné de toast de fromage et de gâteaux salés

    - Salade composée de tomates, œufs durs, comté, riz sur lit de feuille de chêne

    - Crème au caramel

    - Café et infusion

    Et tout cela arrosé d’un petit rosé Cabernet d’Anjou !

    Chateva Guss ?

     

    Mais demain, est un autre jour…

    Nous retrouverons la suite de notre visite dans la Vienne dans l’article 220 !

     

    Claire-Cerise

     

    photos024

    « 217 - Dans les troglos… on tisse le chanvre !219 - Gouttes, gouttelettes de pluie… »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :